Accéder au contenu Accéder à la recherche Aller au menu

Angélique Ionatos lors du festival Au fil des voix, à  Paris, le 13 février 2009 © Aymeric WARME-JANVILLE 2009     « Ma vraie patrie, c’est ma langue. Si la poésie n’existait pas, je ne serais pas devenue musicienne. Cela semble un paradoxe, mais il n’en est rien. C’est la poésie qui a engendré mon chant. Et je suis convaincue que tous les arts, sans exception, sont les enfants de la poésie » disait Angélique Ionatos. 
Musicienne comme elle aimait à se définir, compositrice et guitariste, sa belle voix de contralto nous réchauffera le cœur encore longtemps…

Elle a nous a ouvert les portes de sa "patrie", qui était comme elle aimait le dire, sa langue grecque, nous offrant la poésie d’Odysséas Elýtis, de Sappho de Mytilène, aussi bien que Pablo Neruda ou Frida Kahlo...

Sa riche discographie en témoigne. 

 

L'empreinte du disque " Eros y Muerte" 2006.

Sappho de Mytilene

De tous les astres, poème de Sapho

Alors replongeons-nous dans ses albums, pour nous laisser porter par son empreinte éternelle…

OPAC Recherche Simple

 

La chanteuse se raconte dans une série d'entretiens « A voix nue » sur France Culture (octobre 2016)

Chantal Astoul

 

 

A lire égaement sur culture.cantal.fr : 

 

NDLR "Efcharisto" traduction phonétique de ευχαριστώ : Merci en Grec

Logo du cantal