Accéder au contenu Accéder à la recherche Aller au menu

jean claude mourlevatJean-Claude Mourlevat, en plus d’être un Auvergnat né à Ambert, est aussi un grand écrivain pour la jeunesse. Il vient d’obtenir l’équivalent du "prix Nobel" de la jeunesse : le prix Astrid Lindgren, du nom de l’auteure suédoise de Fifi Brindacier. Ce prix a été créé par le gouvernement suédois en 2002, année de la disparition d’Astrid Lindgren.

CaptureALMALe jury de ce prix a estimé que Jean-Claude Mourlevat « revisite brillamment la tradition du conte de fées en s’ouvrant à la fois à la beauté et l’adversité. L’espace et le temps sont suspendus dans ses mondes fictifs, et sa prose, précise et onirique, capte les thèmes éternels de l’amour et du désir, de la vulnérabilité et de la guerre ». C’est pour cette raison qu’il a été récompensé pour l’ensemble de son œuvre. Il devient ainsi le premier écrivain français à recevoir ce prix.

Jean-Claude Mourlevat est l’auteur de romans pour la jeunesse devenus des classiques et étudiés dans les écoles : L’enfant océan et La rivière à l’envers, adaptés aussi en bandes dessinées.

Il a écrit nombre de romans pour les adolescents, entre autres : La balafre, Le combat d’hiver, Le chagrin du roi mort. Il a également signé un livre épistolaire avec Anne-Laure Bondoux, une écrivaine de littérature adolescente : Et je danse aussi.

Son dernier livre Jefferson est une comédie policière haletante où l’auteur renoue avec ses lecteurs les plus jeunes.

FA

Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.

 

En savoir plus : 

 

A lire également sur culture.cantal.fr : 

 

Logo du cantal