Accéder au contenu Accéder à la recherche Aller au menu

Philippe JaccottetLe poète, écrivain et traducteur Philippe Jaccottet vient de décéder à 95 ans à Grignan où il a élu domicile en 1953, au pied du mont Ventoux.

Philippe Jaccottet est né à Moudon en Suisse, et après ses études de lettres, il est venu à Paris en tant que collaborateur des éditions Mermod en 1946 et n’a plus quitté la France.
Il a traduit les œuvres de Robert Musil, Hölderlin, Ungaretti entre autres.

L’université a beaucoup étudié ses textes et produit des thèses autour de ses œuvres.

Un rare privilège a été offert à ce poète : il a été publié dans la bibliothèque de la Pléiade/Gallimard de son vivant en 2014.

Voici deux émissions de France Culture « La grande table » au sujet de cette publication et « La compagnie des poètes » qui lui a rendu hommage le 26 février 2021 : 

Sa poésie, sa prose poétique, ses carnets « La semaison » sont un hymne à la beauté de la nature, à l’instant présent, au temps qui passe, à notre cheminement intérieur. En se retirant à Grignan dans la Drôme provençale, le poète devient un promeneur, un contemplatif de la nature qui ne l’éloigne pas du monde, bien au contraire, toutes ses pensées sont tournées vers « ce monde sensible ».


Je suis touchée par sa poésie qui se caractérise par la discrétion presque l’effacement. A la lecture de ses textes, la simplicité et l’émotion affleurent et pourtant une grande profondeur nous surprend. A mon sens, c’est cette littérature qui nous aide à vivre, à atteindre notre intériorité.
Il faut continuer à le lire ou le découvrir absolument !

« On peut à tout moment modifier sa vie. Avec beaucoup d’attention et de douceur » nous dit-il.

FA

Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.

 

A lire ègalement sur culture.cantal.fr : 

Logo du cantal