Accéder au contenu Accéder à la recherche Aller au menu

Découvrez ou redécouvrez notre patrimoine et préparez vos futures visites dans le Cantal. 

Au fil des jours, nous vous présentons des merveilles et des pépites de notre patrimoine à découvrir virtuellement sans modération. 

 

Groupe Annonciation à Marcolès ©Pierre SOISSONSGroupe de l’Annonciation

Si vous n’êtes pas allé(e)s à l’église de Marcolès depuis quelques années, vous ne connaissez pas cette scène.
En effet ces magnifiques statues (MH 22-08-1950) ont été redécouvertes sur la tribune lors des restaurations de 1949 et présentées au fond de l’église avec sainte Anne et saint Jacques en 1996.

Récemment, lors de la restauration intérieure de l’église, quelle fut la surprise de tous de trouver cachée derrière un retable qui partait en restauration, la niche avec le décor polychrome qui accueillait auparavant ces statues.

Les œuvres sont retournées à leur emplacement original et la scène a été complétée.
D’un ciel nuageux surgissent, baignant dans la lumière, l’Esprit-Saint représenté par la colombe et Dieu le Père, accompagnent l’archange Gabriel dans l’annonce faite à Marie de l’arrivée du Christ. La Vierge agenouillée (reconnaissable à son vêtement rouge et à sa cape bleue) se détourne de son prie-Dieu sur lequel un livre est ouvert. Elle porte son regard vers le sol et ses mains sont jointes dans un geste de prière. L’ange esquisse un geste de salutation angélique.
Du fait de sa composition, son iconographie et son style (représentation des visages, chevelures et draperies), l’ensemble peut être rapproché de l’Annonciation de Pierre Viguié (1470) de la cathédrale de Rodez aujourd’hui conservée dans l’église d’Inières (commune de Sainte-Radegonde), de celle de la chapelle d’Ouradou à Estaing ou de celle, plus récente, conservée (sans l’ange) au musée Fenaille de Rodez. Comme l’indique son empreinte négative sur le fond peint, un élément de la scène probablement sculpté est encore manquant.
AnnonciationDétail intéressant : Dieu le Père porte « un phylactère » ou une sorte de banderole aux extrémités enroulées portant les paroles prononcées par un personnage ou permettant d’identifier ce dernier ou indiquant la légende du sujet représenté. D’abord utilisés au Moyen Age les phylactères perdurent à la Renaissance puis sont de moins en moins utilisés avant de revenir dans l’iconographie du XIXè siècle. Malheureusement à Marcolès, le texte n’est pas lisible.
Ces deux œuvres rouergates en pierre polychrome datant de la fin du XVe siècle ont peut-être été commandées en même temps que la Sainte Anne Trinitaire et le saint Jacques.

 

Pour en savoir plus :

  • Sur Marcolès : Marcolès et son église Saint-Martin, par Lucien Gerbeau avec les photographies de Pierre Soissons, Association des Amis du Patrimoine de Haute-Auvergne , Aurillac, 2019.
  • L’Annonciation de la cathédrale de Rodez 
  • Sur la sculpture flamboyante : l’ouvrage de Jacques Baudoin partiellement consultable sur Internet.

 

Logo du cantal

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.