Accéder au contenu Accéder à la recherche Aller au menu

Coups de coeur

Coups de cœur 

il etait une fois des conteursDans « Il était une fois des conteurs » le documentariste Dominique Gros met en valeur l’énergie de la parole, à travers les portraits de quelques conteurs d’aujourd’hui.
Par le prisme de leurs cultures respectives, ils maintiennent avec passion le fil de la parole millénaire. De sa seule présence le conteur habille la scène, la construit, la remplit. Il est le metteur en mots, le metteur en scène, l’acteur, l’improvisateur, le bruiteur et le décorateur de l’imaginaire polychrome de ses auditeurs.

MHL Buchet ChastelMarie-Hélène Lafon, « Histoire du fils » (éditions Buchet-Chastel)

 

Le lauréat du Prix Goncourt, Hervé Le Tellier, disait lors d’une interview du 30 novembre 2020, « nous n’écrivons pas un livre pour recevoir un prix, mais nous l’écrivons pour avoir des lecteurs ».

Le prix des lecteurs, Marie-Hélène Lafon l’a obtenu bien avant son Prix Renaudot 2020 ! bien sur nous, les lecteurs cantaliens, avons décelé son talent dès ses débuts, n’y voyons aucun chauvinisme ! son premier roman « le Soir du chien » avait obtenu le prix Renaudot des Lycéens en 2001 et bien d’autres prix ont suivi.

Talking about treesQuatre vieux messieurs dans un pays poussiéreux plaisantent et bravent ensemble leur passé brisé par l’histoire.

Ils ont été des apprentis cinéastes formés en Union Soviétique ou en Europe occidentale avant la chute du mur de Berlin. Mais, de retour au Soudan, le piège politique s’est refermé sur leurs rêves de création.

Ils n’ont presque rien pu filmer, monter, ni encore moins montrer.
Le peu qu’il en reste se désagrège ou s’est perdu dans les archives de lointaines écoles. Aujourd’hui seules la tendresse et la communauté de destin qui les unissent leur donne encore le courage de faire quelques projections de Charlot dans des campagnes déshéritées. Ou de se battre contre les moulins à vent pour rouvrir, le temps d’une séance, une belle salle de la capitale, endormie et proche de la ruine.

des souris et des hommesRébecca Dautremer, « Des souris et des hommes »
(texte de John Steinbeck dans une traduction française de Maurice-Edgar Coindreau, 1955)
Ed. Tishina, octobre 2020.

 

Rébecca Dautremer surprend toujours. Par son (in)tranquille assurance d’abord. Une assurance qui la porte à se lancer des défis presque surhumains : illustrer « Une Bible » en octobre 2014 (380 pages et environ 1000 illustrations) ou « Des souris et des hommes » aujourd’hui (428 pages et le double d’illustrations). Par ses audaces stylistiques ensuite : elle sait tout faire, tout dessiner, tout manipuler et tout renouveler…mais reste toujours elle-même. Le dernier ouvrage qu’elle nous livre (Des souris et des hommes de John Steinbeck dans une traduction de Maurice-Edgar Coindreau) en est l’évidente incarnation.

Rébecca Dautremer atteint ici la maturité graphique, la plénitude de son talent. Nous sommes bien loin des personnages de fées un peu mièvres qui ont tant contribué à lancer sa carrière !

Extrait affiche "L’Odyssée de Choum" Julien Bisaro, réal. – Les Films du préau, 2020Pas de chance pour Choum.

Le jour où son petit œuf de chouette a éclos, c’était la tempête et le grand arbre est tombé. Personne pour la réchauffer ni la nourrir. Mais comme elle est trop petite pour savoir tous les dangers du monde, elle entreprend avec enthousiasme et naïveté de trouver une maman pour elle et son petit frère… encore œuf !

M. Le Cdt ImageIl y a des livres qu’on n’oublie pas !

Monsieur le Commandant de Romain Slocombe entre dans cette catégorie.

Ce livre est la reproduction de la lettre de dénonciation que rédige le narrateur, Paul-Jean Husson. Lettre par laquelle il informe les autorités allemandes que la femme de son fils est juive ! Femme dont il est, de surcroît, éperdument amoureux !

Logo du cantal

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.