Accéder au contenu Accéder à la recherche Aller au menu

minuscules

Le cinéma d’animation, ce sont tous les films dans lesquels on donne vie à des objets inertes, en jouant avec une illusion visuelle commune à tous. En effet, si des images fixes (dessins ou photos) représentant un corps en mouvement se succèdent devant nos yeux avec cohérence et rapidité, alors notre cerveau croit voir ce corps bouger.

En partant de ce constat, de nombreuses techniques ont été développées dès le 19e siècle au music-hall, puis au 20e siècle au cinéma.

À travers le monde, quelques pays se distinguent : l’Amérique anglo-saxonne, le Canada,  la Russie et l’est de l’Europe, le  Japon et la France. La France est le premier producteur de films d'animation en Europe, et 3e dans le monde. 

  • La technique la plus célèbre du cinéma d’animation est le dessin animé.
  • L’animation en volume est une autre très ancienne  technique d'animation qui se rapproche du théâtre de marionnettes.  Elle n’utilise pas le dessin mais des photos, une succession rapide de photos : on l’appelle "image-par-image" et aussi "stop motion". Les personnages - articulés ou faits de matière molle - sont animés en les bougeant très progressivement entre chaque prise de vue.
  • La technique du papier découpé est dite "cut-out". Plus économique que celle du dessin animé, le cut-out  est très utilisé par les réalisateurs indépendants. Le manque de profondeur de l’image lui donne un côté naïf, ce qui n’empêche ni la poésie, ni l’émotion. Parfois en papier noir découpé elle s’inspire alors du théâtre d’ombres.
  • La pixilation consiste à animer un personnage réel ou un accessoire de cinéma d’une manière impossible à filmer en temps réel (un humain qui vole, une table qui se dresse toute seule), en combinant de très longs temps de pose et des prises image-par-image.
  • D'autres techniques existent ou ont existé basées le même principe : tableau d’épingles, peinture sur verre, peinture sur sable, grattage de pellicule…

Au 21e siècle, le numérique bouleverse toutes ces techniques.
Aujourd’hui, les images de synthèse sont très fréquentes, mais leur esthétique est encore très largement inspirée de l’animation artisanale.

Un bon scénario, des personnages attachants, une réalisation soignée seront toujours nécessaires pour faire de bons films.

 

OPAC Sélection de notices

Logo du cantal

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.