Accéder au contenu Accéder à la recherche Aller au menu

rapportbrodeckLe Rapport de Brodeck
Edidions Stock, 2007

de Philippe Claudel

 

Prix Goncourt des lycéens 2007

 

Bravo aux lycéens qui ont couronné « Le Rapport de Brodeck ». Pourtant ma lecture débute de façon laborieuse. Je suis sensible au premier chapitre d'un livre, il doit me happer, là ce n'est pas le cas.

 

Mais il y a l'écriture de Philippe Claudel, sa belle écriture qui me force à continuer et puis, il y a Brodeck...


Brodeck, c'est l'humanité toute entière face à l'inhumanité. Brodeck, c'est l'amour et le pardon face à l'horreur de la guerre, face aux hommes et leur lâcheté, face à sa souffrance abyssale : « il me manque les organes essentiels pour éprouver de la souffrance. Je ne les possède plus. On me les a retirés, un à un, au camp. » Brodeck, c'est l'homme sans Dieu. Brodeck...comme j'ai eu envie de te serrer fort dans mes bras au fil de ma lecture. Brodeck... c'est tout simplement bouleversant.

 

« Je m'appelle Brodeck, et je n'y suis pour rien.
Brodeck, c'est mon nom
Brodeck.
De grâce, souvenez-vous.
Brodeck. »

 

Françoise Amagat

 

Logo du cantal

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.